MAIS QU'ENTENDEZ-VOUS DONC PAR MIME CONTEMPORAIN?

Il n'y a pas si longtemps, j'ai été contacté par un jeune réalisateur norvégien qui voulais tourner un film documentaire sur le mime en France. Après quelques échanges de mails, je compris qu'il était convaincu que dans nos villes on trouvait  à tous les coins de rue des personnages grimés de blanc qui  faisaient semblant de marcher contre le vent, de se heurter contre un mur invisible ou de soulever des haltères imaginaires, un peu comme certains films américains véhiculent l'idée que dans les fenêtres de tous les appartements parisiens on perçoit au loin la Tour Eiffel. Ceux qui viennent dans les stages proposés ici avec cette idée du mime en tête, -  et même en France ils sont encore nombreux, -  risquent d'être ou déçus ou agréablement surpris.

 

i

 

Le travail qui vous attend  dans ces stages soutient l'idée que le mime peut être un art du mouvement adulte, frère du théâtre parlant et de la danse, capable de développer une dramaturgie et des formes de narration complexes. Il s'exprime dans un langage corporel qui lui est propre, débarrassé de stéréotypes et de signes conventionnels,  capable d'articuler les questionnements et aspirations explicites et sous-jacentes de notre époque. C'est dans ce sens qu'il se veut contemporain.

Les bases de ce  travail sont à trouver dans l'oeuvre pédagogique d'Etienne Decroux, complêté et enrichi par la contribution considérable de l'enseignement d'Yves Lebreton, même si ce dernier réfute pour son travail sur scène le terme 'mime'. Les recherches du pédiatre viennois Karl König sur les sens corporels  ont été un apport indirect. Elles m'ont incitées à développer un certain nombre d'exercices permettant une auto-perception plus nette du mouvement.

Si chaque stage a sa thématique particulière, il s'articule  toujours autour des trois axes - exercices individuels, - entraînement libre,  - improvisation.

Michael Zugowski